Accueil » Actualité - Média » [Aurillac 08] Compagnies officielles du festival #1

[Aurillac 08] Compagnies officielles du festival #1

Festival d'Aurillac 2008, 1 Watt, © Luc de Groeve Rappel : Le 23ème Festival International de Théâtre de Rue d’Aurillac aura lieu du 20 au 23 Août 2008
Petit tour d’horizon des compagnies officielles présentes cette année.
Si tout se passe bien il devrait y avoir 4 billets.

Billet #1 » 1 Watt, Agence Tartar(e), Betontanc – EZ3kiel, Brut de Béton Production, Buchinger’s Boot Marionettes

» 1 Watt (Belgique) « Le Mur« , création 2008
Quelque part sur une place, dans une rue, ici ou là, pour eux, pour vous, pour aujourd’hui ou pour demain, deux hommes dûment outillés construisent un mur.
Sont-ils à la rue, perdus, en danger, en manque d’hostilité ?
Ont-ils faim ?
Ont-ils un besoin impérieux de se trouver la tête dans le mur, le dos au mur, au pied du mur ?
Qu’importe. Ils le font avec excès, sans compter. De la première brique, posée avec force et joie, à la destruction fomentée avec rage et révolte.
Une épopée entre fiction et réalité, quatre épisodes et une multitude d’identités à suivre sur deux journées !

Durée : 1er épisode 1H les suivants 40min
Dates : les 18 et 19 août dans le cadre des Préalables et les 20 et 21 août
Contact : Walrus productions


» Agence Tartar(e) (France) « Ailleurs » 4è volet d’AAAA.A, création 2008

Après l’Afrique, l’Asie et l’Amérique, Tartar(e) conclut sa tétralogie terrestre aux antipodes : l’Australie. Gageons que ce gourou qui n’a pas sa langue dans sa poche saura retourner celle des kangourous pour nous en livrer les secrets. A A A A.A (Afrique Asie Amériques Australie. Arbre) est un périple théâtral qui consiste pour Jean-Georges Tartar(e) à déménager six mois par an dans l’étrange pour se remplir d’histoires comme autant d’expériences à partager au retour au pied d’un arbre, dans des spectacles complémentaires, carnets de voyages incarnés qui disent comment il “bouffe la terre avant qu’elle ne le bouffe ”.
Jean-Georges Tartar(e) présentera également à Aurillac les 3 précédents volets d’AAAA.A : “Ame américaine”, au prétexte de rencontrer un sosie, il est allé en Haïti interroger l’altérité ; “Zéro Inde”, ou les tribulations mathématiques d’un Indiana Jean-Georges bien décidé à ne pas tomber dans les abîmes du mysticisme, de l’occ u ltisme, de l’ésotérisme et autres foutaisismes dans une Inde qui trompe, désarçonne, blesse et obsède par contamination et “Conakry et chuchotements”, chroniques guinéennes et impressions d’écorché sur les perfections de “la machine à produire de l’improbable comme de l’inadmissible”.

Durée : chaque spectacle 1h
Dates : “Ailleurs” du 20 au 23 août – “Ame américaine” du 20 au 23 août – “Zéro, Inde (0,1,2)” le 22 août – “Conakry et chuchotements” le 22 août

» Betontanc – EZ3kiel (Slovénie, France) « Run for love/Course à la vie« , création 2008
Projet Tandem France – Slovénie dans le cadre de la Saison Culturelle Européenne

Le point de départ de ce projet est une réinterprétation de la célèbre scène de l’escalier d’Odessa du film “Le Cuirassé Potemkine” de S. Eisenstein, réalisé en 1925.
Au moyen du théâtre, des arts visuels et de la musique, Betontanc pose une nouvelle question : dans la foule et l’hystérie, l’individu peut-il survivre, dans sa course à la vie et à l’amour. La foule sera ici représentée par 7000 slinkies dévalant les pentes de l’existence.
“Run for love/Course à la vie”, imaginé par des groupes hybrides, véritables exploreurs indépendants émergeant de la scène contemporaine française et slovène, se veut poétique et mélodique et nous invitera là où la vie se concentre dans le moment d’extrême urgence.

Une performance de la compagnie Betontanc et Matej Andraz Vogrincic mise en musique par EZ3kiel

Durée : 25 min
Dates : du 20 au 23 août
Contact : Bunker Ljubljana

» Brut de Béton Production (France) « Women, 68 même pas mort« 

3 copines de 40 ans, 3 mémés rouges sortent de leur retraite, bouleversées que MAI 68 soit liquidé comme un mauvais souvenir.
“J’ai 73 ans et c’est pas des petits cons qui vont m’apprendre la vie et qui vont m’empêcher de remettre ça” dit Marie-France. Ce sont des crazy women, des suffragettes émancipées, des “triplettes de Belleville” façon 68, elles chantent Frank Zappa et Janis Joplin, toujours engagées, enragées, qui n’ont peur de rien et surtout pas des petits mâles dominants.
Entre l’affiche du Ché et le manifeste des 343 salopes, entre l’anti-oedipe de Deleuze, le Black Power et Angela Davis, ces 3 mémés rouges scandent slament scattent éructent le mois de mai 68. Elles descendent dans l’arène et dans la rue, comme elles prirent le théâtre de l’Odéon jadis.
Jean-Louis Debard, Pierre-Marius Court et Bruno Boussagol interprètent 3 femmes pour rendre hommage à celles qui, ayant entre 25 et 30 ans en 68, ont vécu les révolutions sociale, sexuelle et politique, en opposition aux valeurs de l’époque.

Durée : 1H20
Dates : du 20 au 23 août
Contact : Brut de béton production

» Buchinger’s Boot Marionettes (Europe) « L’Armature de l’absolu« , création 2008
Une anti-éloge sur la tombe d’Alfred Jarry

“L’Armature de L’Absolu” est une représentation du triomphe d’une seule conscience individuelle sur “l’imposante orgie de l’inconscience collective”. C’est un travail sur la tentative de se préserver soi-même du sinistre quotidien grâce à la prolifération d’univers imaginaires, de personnages et d’attitudes inventées. Dès son plus jeune âge, Alfred Jarry fait des recherches pour reconstituer sa propre genèse, étudiant l’organisme vivant, de sa forme la plus embryonnaire à la plus élaborée. Dans ses écrits et ses interventions, Jarry illustra ce processus minutieux par étapes récursives. Cette forme de pensée générale, une littérature et un théâtre qui puisent leur force dans la tension entre deux opposés : les réalités hypothétiques et des univers additionnels créés de toutes pièces.
“L’Armature de l’Absolu” retrace une hypothétique ontogenèse de Jarry… depuis sa mort. L’œuf fécondé, point de départ de cette étude, est le folklore légendaire qui règne autour de Jarry, à la fois littéraire, théâtral, biographique, critique et “pataphysique”. L’embryon dont on suivra de multiples étapes de développement, représente une personnalité mais aussi toutes ses créations qui survécurent à une mort banale. Jarry était conscient de cette probable postérité.
Ceci est l’histoire d’un homme qui a évité la mort en s’identifiant de façon absolue à ses créations.

Durée : 1H10
Dates : du 20 au 23 août
Contact : Buchinger’s Boot Marionettes

La suite au prochain épisode…

Crédit photo : Festival d’Aurillac 2008, 1 Watt, © Luc de Groeve
Association Eclat : Aurillac.net

A propos de dZiGue

Passionné par le web et par toutes ses trouvailles, j'en partage quelques unes sur ce p'tit Actu'blog. WebDev chez Zpr.im, j'anime aussi le shopping-guide du Cantal ainsi que le site JolieFreebox.com qui propose différents fonds d'écran pour Freebox Révolution. Bonne lecture...

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués par un *

*

CAPTCHA (Anti Spam) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Activer CommentLuv pour promouvoir vos articles.

Scroll To Top